Zone de Texte: Bulletin 101/3/6

Handicap! Quelques réflexions ...

 

On appelle personne handicapée quelqu’un dont les performances physiques et/ou intellectuelles sont sensiblement diminuées. Les raisons en sont nombreuses : dès la naissance, à cause d’un disfonctionnement de la « loterie génétique », suite à un accident traumatisant, ou encore conséquence d’une maladie de dégénérescence ….

Il est à noter que le vieillissement, sauf exceptions heureuses, se concrétise par l’apparition de handicaps qui ne sont pas reconnus comme tels, car ils font partie de la « normalité » du grand âge. C’est pour cela que la législation a tendance à fusionner  les situations de vieillesse et de handicap, et leurs mesures sociales d’accompagnement.

 

Quand il s’agit de handicap moteur ou sensoriel, celui-ci bien sûr perturbe la qualité de vie, mais il est souvent contourné par des solutions traditionnelles (alphabets spécialisés, dispositifs mécaniques …) améliorées grâce à des avancées technologiques (automobile à commandes adaptées, fauteuil roulant motorisé, ordinateur à reconnaissance vocale, logiciels de reconnaissance du braille, prothèses auditives, chirurgie réparatrice …).

 

Une personne handicapée peut même être hyperactive (théâtre, danse, sport). Il existe une Fédération Française Handisport et une autre de Sport Adapté qui organisent  des stages et des championnats. Les participants sont classés en catégories suivant leur niveau de handicap, attribué par un médecin assermenté. Pour mémoire il existe 15 niveaux différents en natation. La motivation des athlètes et leur « soif de victoire » sont  les mêmes que chez les valides. Ne faisons pas d’angélisme. Il existe aussi des cas de dopage dans le Handisport.

 

Concernant  le monde du travail, on sait que les grandes entreprises et la Fonction Publique sont tenus d’employer 6% de personnes handicapées ; le non-respect de cette législation entraînant des pénalités. Des structures comme les Ateliers Protégés, les Entreprises Adaptées, les Etablissements  et Services d’Aide par le Travail sont des établissements agréés ; leurs travailleurs peuvent intervenir chez des particuliers, dans des collectivités, ou comme sous-traitants.

Il est clair qu’une recherche d’emploi et/ou de logement qui est déjà un « parcours du combattant » pour une personne valide risque de l’être davantage pour une personne handicapée ; les structures existantes se révélant insuffisantes.

 

Une personne handicapée n’est pas demandeuse de paroles de compassion, mais plutôt d’une reconnaissance en tant qu’individu. Elle veut échapper à la « double peine » que constituerait, outre son handicap proprement dit, des circonstances qui l’aggraveraient  (erreurs de conception environnementales, difficultés d’acceptation, complications administratives, attitudes considérées comme discriminatoires … En bref, tout ce qui lui rappelle plus ou moins cruellement sa situation « minoritaire » qui la met à l’écart de la normalité, cette notion dont la signification est à manier avec précautions).

 

Claude Naudet

 

Extrait de la « Charte pour la Dignité des Personnes Handicapées Mentales » (document A.P.E.I.)

Reconnaître, respecter et faire respecter les droits de toute personne handicapée mentale

           Droit au respect de son identité et de sa différence

           Droit à une éducation et à une formation adaptée

           Droit au travail et à l’emploi ….

Faciliter l’Intégration de la Personne Handicapée Mentale

           En l’aidant à prendre conscience de ses droits et de ses devoirs de citoyen.

           En lui apprenant les gestes de la vie quotidienne et en développant son autonomie ….

 

La différence